button open menu

Videos

Exhibitions

Sounds

En Fr

The sound works of Susanna Fritscher

 

Air, breath, movements of the tongue and mouth, murmurs, whispers, stammers, unruly flurries of words, blendings of voices – these constitute the vocabulary of Susanna Fritscher’s sound pieces, where the artist applies her exploration of the sculptural universe to that of sound.

The first works (il y a ce que je sais, AUT, 2011) experiment with the voices of the actress Mireille Perrier and the soprano Helia Samadzadeh. Acting as a support, these words are extracts from texts and selected solely for their distinctive tonality or for being simple descriptions of the space where the piece is being transmitted.

 

or, une autre pièce : blanc, joue-ire : rouge, 2011-2015
* See videos above

The artist got in touch with Charles Pennequin in 2012 and asked him to write three texts; the works une autre pièce: blanc (2012), joue-ire: rouge (2013) and or (2014) were the result, transforming the “words from the mouth” texts of the poet and performer into a sound piece that was reworked in the artist’s studio with Helia Samadzadeh. These three « Lautmalereien », recorded and edited in the recording studio, were created to be transmitted during the artist’s exhibitions as an independent and distinct installation; they have also been disseminated live – in locations like the Palais de Tokyo, the Forum d‘Avignon and Frac Franche-Comté.

 

Capture / the ears, Bruit B, 2015
* See videos above

In 2015, Susanna Fritscher collaborated with the musician and composer Gaël Navard to create two electroacoustic pieces: Capture / the ears and Bruit B. Their creation is based around the visual equivalence between the representation of sound frequencies in the software program used by the musician, and the sculptural work Capture / the eyes by the artist: an installation composed of ultrafine filaments. Playing on this analogy, these filaments interspersed by shards of light, are changed into a musical score, producing an acoustic sparkling. Capture / the ears was presented during Susanna Fritscher’s exhibition in April 2015 at the Espace de l‘Art Concret at Mouans-Sartoux (France).

 

Flügel, Klingen, 2017
* See videos above: Flügel, Klingen and Flügel, Klingen invites Eva Reiter, De l’air, de la lumière et du temps and De l’air, de la lumière et du temps invites Nicolas Mondon

In 2017, the voice is freeing itself from its relationship to the body, and becoming abstract: the workings of the voice are recreated using an assemblage of tubular elements centred around an invisible rotating motor. When the circular motion accelerates, it increases the force of the flow and causes the columns of air inside the tubes to vibrate, producing a basic, almost imperceptible frequency.  As the speed increases, the frequency shifts, becomes more complex and invades the surrounding space. As the installation dissolves into the air, and dematerialises, it is transformed into sound: the rhythmic play of the vibrations becomes a spatial experience.

The project, presented for the first time at the Museum for Fine Arts in Nantes (De l’air, de la lumière et du temps, 2017), radicalises the relationship between sound and space for the 14th Biennale of Lyon Floating Worlds by Emma Lavigne, devised for the Saône silo at La Sucrière. The „sound propellers“ have been sized up to reflect the scale of the setting: they rise and expand in seven-metre circles, revisiting the architecture of the hall. The tubular elements echo the silo’s cylindrical form, and their circular traces reproduce its contours. „As the contours of the tubes disappear, form is dematerialised and transmuted into sound: the spatial experience is reduced to the play of vibrations, in other words it is reduced, once again, to the experience of a murmur of sound.“ 1

Flügel, Klingen can also become a musical space. At the Nantes Museum, the four sound devices are integrated into a specific work by the composer Nicolas Mondon performed on site with the Ensemble InSoliTus under the direction of Javier Gonzalez Novales on September 24, 2017. In the silo and the Floating Worlds, the musician Eva Reiter plays in the middle of the sound installation as the propellers resonate, rise, open, close around and envelop her.

 

Frémissements, 2020
* See videos above

At the Center Pompidou-Metz, France, Susanna Fritscher links visual and sound work even more closely. « She explores the ventilation system of the Centre Pompidou-Metz, like an organism whose pulse she captures. The pulsations of the air emanating from its metabolism become the raw material for a choreography of lines formed by the long silicone threads that capture and reflect the light. The constantly reinvented undulating waves propagate and set in motion this impalpable forest that visitors are invited to cross. The grand nef of the arts’ centre resonates and amplifies the air that circulates in it, metamorphosing it into an immense body of sound, a wind instrument that allows the immense blasts of air to be set free from the building .»2

 

2021-22

In a recent work, a vertical and horizontal network composed of thin flowing lines charges the space and the air with vibratory movements. The whole sparkles, quivers, pulsates, palpitates. At the intersections of this vibrating mesh, circular devices intercept the pulsations of this fragile universe and transform it into audible frequencies. The sounds evolve according to the undulating forces, their random tunings or discordances. Visitors pass through this space. The sound intensity fluctuates, become stronger near the circular amplifiers, mix or get lost depending on the location of the walk.

 

1 Philippe-Alain Michaud, catalogue de l’exposition De l’air, de la lumière et du temps, p.17, musée d’Arts de Nantes, exposition du 23 juin au 8 octobre 2017.

2  Emma Lavigne, curator of the exhibition, director of the Fondation Pinault, Paris, Venice

 

 

Les oeuvres sonores de Susanna Fritscher

Air, souffles, mouvements de la langue et de la bouche, bruissements, chuchotements, bégaiements, rafales incontrôlées de mots, mélanges de voix… constituent le vocabulaire des œuvres sonores de Susanna Fritscher, l’artiste appliquant ainsi ses recherches de plasticienne à l’univers de l’audible.

Les premières œuvres (il y a ce que je sais, AUT, 2011) expérimentent les voix de l‘actrice Mireille Perrier et de la soprano Helia Samadzadeh. Des mots, extraits de textes et choisis uniquement pour leur tonalité particulière, ou bien de simples descripteurs du lieu de diffusion de l’œuvre, sont utilisés comme support.

 

or, une autre pièce : blanc, joue-ire : rouge, 2011-2015
* Voir vidéos ci-dessus

En 2012, l‘artiste se rapproche de Charles Pennequin et lui commande trois textes ; il en résultera les œuvres une autre pièce : blanc (2012), joue-ire : rouge (2013) et or (2014), qui transforment l‘écriture « proche de la bouche » du poète et performeur en une matière sonore travaillée à l‘atelier avec Helia Samadzadeh. Ces trois Lautmalereien, enregistrées et montées en studio, ont été conçues pour être diffusées à l’occasion des expositions de l‘artiste sous la forme d‘une installation indépendante et spécifique ; elles ont également été présentées en live – notamment au Palais de Tokyo, au Forum d‘Avignon et au Frac Franche-Comté.

 

Capture / the ears , Bruit B, 2015
* Voir vidéos ci-dessus

En 2015, Susanna Fritscher rencontre le musicien et compositeur Gaël Navard pour réaliser deux pièces électroacoustiques : Capture / the ears et Bruit B. Leur création se fondera sur l‘équivalence visuelle existant entre la représentation des fréquences sonores par le logiciel qu‘utilise le musicien, et l‘œuvre plastique Capture / the eyes de l‘artiste – installation constituée de fils ultraminces. Jouant de cette analogie, les fils ponctués d‘éclats de lumière se changent en partition et produisent un scintillement sonore.
Capture /the ears a été présentée lors de l‘exposition de Susanna Fritscher en avril 2015 à l‘Espace de l‘Art Concret à Mouans-Sartoux (France).

 

Flügel, Klingen, 2017
* Voir vidéos ci-dessus: Flügel, Klingen et Flügel, Klingen invites Eva Reiter, De l’air, de la lumière et du temps et De l’air, de la lumière et du temps invites Nicolas Mondon 

A partir de 2017, l’appareil de la voix s’émancipe de sa relation au corps et devient abstrait : il est reconstruit dans un dispositif composé d’éléments tubulaires gravitant autour d’un moteur rotatif invisible. L’accélération du mouvement circulaire augmente la force du flux et met en vibration les colonnes d’air circulant à l’intérieur des tubes, produisant une fréquence fondamentale, quasi-imperceptible : gagnant en vitesse, cette fréquence se modifie, se complexifie et envahit l’espace. En même temps que le dispositif se dissout dans l’air et se dématérialise, il se transforme en son : le jeu des vibrations et des rythmes se change en expérience spatiale.  

Le projet exposé pour la première fois au Musée d’arts de Nantes (De l’air, de la lumière et du temps, 2017) radicalise la relation entre dispositif sonore et espace pour la 14ième Biennale de Lyon des Mondes flottants par Emma Lavigne. Conçus pour le silo Saône de La Sucrière, les « hélices » sonores sont agrandies à l’échelle du lieu : elles se lèvent et se déploient en cercle de sept mètres dans lesquels s’actualise l’architecture de la salle : la forme tubulaire des éléments renvoie à la forme cylindrique du silo, leurs tracés circulaires reproduisent ses contours. «En même temps que le contour des tubes disparaît, la forme se dématérialise et se transforme en son : l’expérience spatiale est ramenée à un jeu de vibrations, soit, à nouveau, à l’expérience d’un souffle. » 1

Flügel, Klingen peut aussi se transformer en espace musical. Au Musée d’arts de Nantes les quatres dispositifs sonores sont intégrés dans une œuvre spécifique du compositeur Nicolas Mondon jouée sur place avec l’ensemble InSoliTus sous la direction de Javier Gonzalez Novales le 24 septembre 2017. Dans le silo et Mondes flottants la musicienne Eva Reiter joue en son milieu pendant que les hélices résonnent, se lèvent, s’ouvrent, se ferment autour d’elle et l’enveloppent.

 

Frémissements, 2020
* Voir vidéo ci-dessus

Au Centre Pompidou-Metz Susanna Fritscher lie plus étroitement encore oeuvre visuelle et sonore.
« Elle explore le système d’aération du Centre Pompidou-Metz comme un organisme dont elle capte le pouls. Les pulsations de l’air qui émanent de son métabolisme deviennent la matière première d’une chorégraphie de lignes formées par les longs fils de silicone qui captent et reflètent la lumière. Les vagues ondulatoires sans cesse réinventées se propagent et mettent en branle cette forêt impalpable que les visiteurs sont invités à traverser. La nef du centre d’art résonne et amplifie les flux d’air qui y circulent et qui la métamorphosent en un immense corps sonore, instrument à vent qui laisse sourdre les souffles libérés du bâtiment.» 2

 

2021-22

Dans une œuvre récente, un réseau à la fois vertical et horizontal composé de fines lignes fluides charge l’espace et l’air de mouvements vibratoires. L’ensemble scintille, tressaillit, pulse, palpite. Aux intersections de cette résille vibratile des formes circulaires interceptent les pulsations d’un univers en fragilité et le transforme en fréquences audibles. Les sonorités évoluent au gré des forces ondulatoires, de leurs accordements ou discordances aléatoires. Les visiteurs traversent cet espace. L’intensité sonore fluctue, les sons se renforcent à proximité des capteurs-amplificateurs, se mélangent ou se perdent selon le lieu de la promenade.

 

1 Philippe-Alain Michaud, catalogue de l’exposition De l’air, de la lumière et du temps, p.17, musée d’Arts de Nantes, exposition du 23 juin au 8 octobre 2017.

2  Emma Lavigne, curatrice de l’exposition, directrice de la Fondation Pinault, Paris, Venise

button fullscreen button fullscreen button close video